-A +A
Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

L’eczéma atopique : une affection courante en dermatologie

Par Émilie Paquet, infirmière praticienne spécialisée en première ligne (IPSPL)

L'eczéma atopique, aussi appelé dermatite atopique, est une affection courante en dermatologie. On estime que près de 17 % des Canadiens souffriront de dermatite atopique à un moment ou à un autre de leur vie. Selon l'Association canadienne de dermatologie, au Canada, sa prévalence est plus élevée que la moyenne mondiale et elle a considérablement augmenté au cours des dernières années. L'hypothèse « hygiéniste » selon laquelle l'amélioration des conditions d'hygiène favorisant un milieu aseptisé dans les pays développés pourrait nuire à une saine maturation du système immunitaire. Ainsi, la diminution des maladies infectieuses favoriserait une réaction inflammatoire du système immunitaire plutôt qu'une réaction axée vers une défense microbienne. Plusieurs éléments sont mis en cause dans l'étiologie de l'eczéma atopique : l'hérédité, les facteurs immunologiques, l'environnement et l'altération de la barrière cutanée.

L'atopie est une prédisposition génétique à présenter des réactions excessives aux allergènes, qui possèdent et qui produisent des IgE de manière trop importante. Pouvant s'exprimer sous forme d'asthme, d'eczéma ou de rhino-conjonctivite allergique, l'atopie est présente dans 70 % des cas chez d'autres membres de la famille. Environ 60 % des cas de dermatite atopique se manifestent chez les enfants de moins de 1 ans.

Deux mécanismes physiopathologiques sont ciblés pour expliquer l'eczéma atopique :

  1. Une altération de la barrière épidermique par déficit en fillagrine et délipidation rendant la peau sèche, déshydratée et particulièrement sensible aux irritants.
  2. La pénétration d'allergènes et d'irritants entraînant une réaction immunitaire excessive par sensibilisation IgE.

L'eczéma atopique est une dermatite chronique, prurigineuse et inflammatoire, dans laquelle alternent les périodes de crise et les périodes de rémission. Elle apparaît généralement chez le nourrisson dans les premières semaines de vie. Le principal symptôme est le prurit. Celui-ci peut être aggravé, entre autres, par l'exposition aux allergènes, à l'air sec, à la sudation, aux vêtements de laine ou au stress. Chez le jeune enfant, qui est incapable de se gratter, le prurit peut se manifester par de l'irritabilité et même causer de l'insomnie. Les lésions cutanées de la dermatite atopique sont assez typiques. On peut observer des plaques érythémateuses et squameuses. Le grattage et les frottements répétitifs conduisent à des excoriations et à une lichénification dans les cas chroniques, et une réaction post-inflammatoire peut se manifester par des anomalies pigmentaires avec hypopigmentation ou hyperpigmentation.

La distribution des lésions varie selon l'âge. Chez les enfants de moins de 1 an, les lésions se retrouvent plus fréquemment sur les joues, le front, les bras et l'abdomen. Après l'âge de 1 an, ce sont les zones de flexion des membres, tels les plis des coudes et les creux poplités, qui sont surtout affectées.

L'évolution de la dermatite atopique est variable d'un individu à l'autre. Certaines personnes n'auront que de rares poussées durant la petite enfance alors que d'autres vivront avec de fréquentes manifestations d'eczéma tout au long de leur vie. Les complications infectieuses de l'eczéma sont rares, mais peuvent comprendre, entre autres, le Staphylococcus aureus, l'herpès et le molluscum contagiosum.

Il n'existe à ce jour aucun traitement curatif de la dermatite atopique. Cependant, il est possible, grâce à une prise en charge adéquate, de réduire l'intensité et la fréquence des poussées. Tout d'abord, l'éducation de la clientèle est à la base de la pyramide du traitement. Les facteurs aggravants mentionnés précédemment, tels l'exposition aux allergènes, à l'air sec, la sudation, les vêtements de laine ou le stress, doivent être évités. Ensuite, les particularités relatives à l'hygiène doivent être enseignées. La douche ou le bain de courte durée, à l'eau tiède, doit être privilégié afin de nettoyer la peau fragile. Un produit nettoyant doux devrait être utilisé et le savon devrait être évité sur les zones eczémateuses. Immédiatement après le bain, sécher la peau rapidement en l'épongeant sans frotter et appliquer une crème hydratante. Puis, pendant les poussées inflammatoires, appliquer un corticostéroïde topique de puissance faible à modérée, une ou deux fois par jour, selon les zones atteintes.

En résumé

Inciter la prise en charge globale :

  • Bonne observance du traitement (Hydratation +++)
  • Intervenir rapidement en cas d'exacerbation (crème corticostéroïde)
  • Éviter les facteurs aggravants

 

http://www.fondation-dermatite-atopique.org
http://www.dermatology.ca
Habif, T.P. & al.(2012). Maladies cutanées : diagnostic et traitement, 2e (Edition française).Elsevier Masson
Mallory, S.B. (2007). Dermatologie pédiatrique. (Édition française). Elsevier Masson
Turgeon, J., & al. (2015). Dictionnaire de pédiatrie Weber. (3e édition). Éditions Chenelière éducation.

Recherche

Mots clés

TD