-A +A
Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

QU'EST-CE QU'UNE INFIRMIÈRE PEUT BIEN FAIRE EN RECHERCHE?

Plusieurs infirmières inscrites au programme DEC-BAC et de Perfectionnement se questionnent sur la pertinence du cours d'initiation à la recherche. « Qu'est-ce qu'une infirmière peut bien faire en recherche? Ces grands penseurs semblent être à des années-lumière de la pratique clinique », pensent-elles. Pourtant, la recherche est directement liée à la pratique. En effet, ce sont les données probantes – soit l'utilisation judicieuse de données issues de la recherche intégrées à l'expertise clinique et aux préférences de chaque patient (Fortin, 2010) – qui guident les soins quotidiens dispensés par les professionnels de la santé. Grâce à la recherche, les étudiantes apprennent à utiliser leurs habiletés à intervenir et à offrir des soins infirmiers scientifiquement fondés et innovateurs qui favorisent le suivi de la personne, au lieu de consulter Internet ou Wikipédia ou encore de demander à l'infirmière expérimentée du département. De plus, elles organisent leur pensée critique et acquièrent des aptitudes qui leur permettront d'assumer un leadership dans les divers contextes interdisciplinaires. Selon l'OIIQ (2005), « le rôle de l'infirmière en recherche peut se jouer à diverses étapes du processus de recherche : soit à titre d'investigatrice principale, de membre d'un comité d'éthique à la recherche, d'assistante de recherche, de coordonnatrice de recherche ou encore comme infirmière qui prodigue des soins à des personnes qui sont sujets de recherche ». L'implantation, en 2012, de la norme de formation continue vise justement la participation à des ateliers de perfectionnement en recherche ainsi que la diffusion et l'utilisation des résultats de la recherche.

Grâce au cours d'initiation à la recherche, les étudiantes effectuent l'analyse détaillée de problèmes de recherche en santé, découvrent les bases de données où trouver la documentation scientifique, et elles apprennent à les lire pour ensuite en faire la critique. Elles appliquent une méthode rigoureuse de présentation de travaux. Afin d'atteindre les objectifs précédents et de faire en sorte qu'ils soient directement liés à la pratique clinique, les étudiants déterminent une situation, dans leur milieu de travail, qu'ils aimeraient étudier davantage. Ils trouvent des articles scientifiques en lien avec le sujet, puis ils résument les résultats saillants afin de conclure sur l'état des connaissances et les critiques des articles ainsi que sur la pertinence de modifier la pratique en fonction des résultats probants. Ils résument ensuite leur démarche sous forme d'affiche. Motivés par ce projet et par l'application tangible de la démarche de recherche dans le milieu clinique, les étudiants ont participé à une séance de communication par affichage. Les résultats furent retentissants! Cette démarche leur a permis d'intégrer chacune des étapes du processus de recherche, de la formulation d'un problème jusqu'à la dissémination des résultats.

Puisque la recherche est directement liée à l'évolution des pratiques et à la qualité des soins, les infirmières ont un grand rôle à jouer dans ce domaine. En démystifiant le processus de recherche et en le rendant accessible, les infirmières assurent leur leadership au sein de l'équipe interdisciplinaire.

Maude Hébert
Maude Hébert, inf., M. Sc. Doctorante
Professeure en sciences infirmières, UQTR
Présidente par intérim – Comité jeunesse ORIIMCQ

Références

Fortin, M.-F. (2010). Fondements et étapes du processus de recherche : méthodes quantitatives et qualitatives (2e éd.), Montréal, Chenelière Éducation.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (2005). Le Code de déontologie tient maintenant compte de la pratique de la recherche. [En ligne : [www.oiiq.org/pratique-infirmiere/deontologie/chroniques/le-code-de-deontologie-tient-maintenant-compte-de-la-prat]


Recherche

Mots clés

TD